Beauté, humeur, etc. J'assume. Depuis 2009.

Armes de destruction massive [1] : la tondeuse Venus Bikini

 Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

 voici le premier article consacré aux armes de destruction massive… des poils. Et je m’adresse aux messieurs parce que oui, le loulou participera activement à cette série ou l’on parlera de poil de pattes, de poil de face, de poil de tête, et même que nous allons commencer par les poils de culotte, oui oui, rien que ça.

 J’ai été amenée à tester le fameux Venus Bikini, qui n’est autre qu’une tondeuse manuelle de poils pubiens, et autant vous dire que j’étais non seulement dubitative, mais qu’en plus je me suis demandée comment diable j’allais pouvoir amener ça sur mon blog.

 Le fait est que cet été j’ai pu testé moult façons de se dépoiler, donc forcément ce petit truc trouve sa place dans la guerre des poils.

 Bon déjà, ça ressemble à quoi ?

bikini.jpg

 A un rasoir lambda avec une tête zarbi.

 Une seule lame, un peigne de protection et une tête pivotante.

 Comment ça marche ?

Comme un rasoir lambda ! Le peigne de protection empêche le contact avec la peau pour une taille en toute sécurité.

 J’ai pas vraiment l’habitude de parler de poils, encore moins de poils pubiens. Je pense qu’en la matière chacun fait fait fait ce qu’il lui plait plait plait.

 Je ne rentre pas dans la catégorie maillot intégral chez l’esthéticienne : j’aime pas. Je ne trouve ça ni plus beau ni plus propre, et je pense sincèrement que c’est une hérésie tout droit sortie de l’industrie du porno. Le poil n’est pas anti-hygiénique, et si on en a encore après des milliers d’années d’évolution c’est sans doute que ça sert à quelque chose.

 En tant que femme, il y a pleins d’autres façons de renoncer à son intimité, et pleins d’autres moments où on peut enlever sa culotte devant un/une inconnu(e). Donc tant que les esthéticiennes ne prendront pas la carte vitale ce sera sans moi.

 Ce qui ne veut pas dire non plus qu’on soit obligée de les laisser pousser n’importe où n’importe comment, surtout en matière de bikini.

 Et oui, on peut parfaitement s’auto-entretenir tranquillement à la maison.

 Pourquoi j’ai bien aimé le venus Bikini ?

 Pour sa simplicité et sa facilité. C’est rapide, indolore, pratique.

 Je ne suis pas partie en vacances, mais je le trouve idéal pour ça : petit, et surtout manuel. Pas besoin de courir après une prise de courant. On taille, on ne rase pas: on maitrise la pousse, en fait ^^, et c’est mille fois plus pratique qu’aux ciseaux.

 Son design ni vu ni connu.

  Pourquoi j’ai (un peu) moins aimé ?

 La première fois, j’ai trouvé que ça picotait un peu au niveau du résultat, une impression qui passe vite cependant.

 La longueur n’est pas réglable et c’est un peu dommage, et enfin, c’est une tondeuse jetable, ce qui peut être un plus ou un moins. Moi j’aimerai bien la voir arriver en version rechargeable.

 Au final je la recommande à toutes celles qui souhaitent retailler sans raser vite et bien, sans électricité, sans fil, sans se prendre la tête.

 On trouve le venus Bikini dans toutes les grandes surfaces et ça coute environ 5 euros.

 La prochaine fois, on discutera poil aux pattes !

 

Recherches associées :

  • venus bikini


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *