Beauté, humeur, etc. J'assume. Depuis 2009.

L'adieu au Berry



 Vendredi, belle-maman, nous avons fait nos adieux à cet endroit que tu chérissais tant, et dans lequel nous avons passé ensemble tant de moments heureux.

 Nous sommes revenus chez toi, dans le Cher, en pays berrichon, tes racines, un peu les nôtres par extension.

 Nous avons refait le chemin, celui qui nous portait autrefois vers les vacances, les week-end de détente, le bonheur d’être en famille. Celui qui nous voyait le sourire au lèvres et la hâte d’être arrivés.

 

 Mais il ne restait rien de tout ça, que du chagrin, de l’amertume, des coeurs serrés et des yeux pleins de larmes.

 La maison était si pleine de ta présence et désespérément vide à la fois.

 Le jardin, tes voisins si gentils s’en occupent, c’est propre, joli, mais l’accès à la mare est déjà enfoui sous la végétation. Il n’y a plus de chats. Ils ont désertés la grange et les nids d’oiseaux y sont revenus. Il y a toujours dans ta maison cette odeur si caractéristique, un mélange d’encens, d’huiles essentielles et de campagne, la poussière en plus…

 Tu es partie il y a 4 mois… c’est si proche et si loin, et tu nous manques tant. 

 J’ai empaqueté tes affaires… tout tes vêtements, tes effets personnels, les choses trop intimes pour qu’un garçon y touche, ton maquillage, quelques bijoux fantaisies qui m’évoquaient ton souvenir… je me sentais étrangère, mal à l’aise d’ouvrir tes tiroirs, de rentrer dans ton intimité, mais personne d’autre ne le fera.

 Tu as tant fait pour nous et tu nous as tant appris… et nous apprenons encore…

 J’ai refait le tour de cette maison, je nous ai revus attablés dans cette cuisine, autour d’un repas, d’un trivial pursuit… j’ai revu Johann accrocher tes rideaux, réparer ton ordinateur… J’ai revu les départs pour les promenades, les brocantes… les retour de chez Gavroche les bras chargés de vêtements… il y a eu un moment où je me suis dis aussi que j’allais m’asseoir là, fermer les yeux, me réveiller et te revoir… Mais nous avons fermé la porte, sur une page impossible à tourner, de ta maison…

 

 Et nous avons fait notre Adieu au Berry…

 

 DSCF9386_modifie.JPG

 



9 thoughts on “L'adieu au Berry”

  • Quand mon père est décédé, pendant longtemps j’ai voulu retourner là ou il vivait à ce moment-là. Sa dernière maison ou on a passé de bons moments. J’ai fini par faire mon petit périple avec mon ex et j’étais contente de l’avoir fait. Et un jour j’aimerais y retourner quelques jours. Ce sera forcément teinté de tristesse, de nostalgie, de souvenirs perdus… mais ça restera un moment “avec” lui. Des bisous.

  • Mon papi me manque et quand je vais dans son appartement (pas encore vendu ni même vidé) je mets mon nez dans une boîte de crayons et je sens son odeur… Le livre de médecine ne s’ouvrira plus, le carillon ne sera plus remonté, que c’est dur de tourner ces pages pleines de souvenirs… Jte fais des bisous, jpense à toi 🙂

  • je partage ta peine et celle de ton chéri. tout cela est si triste. comment tourner cette page….. il faut garder le meilleur en son le meilleur que tu decris si bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *