Beauté, humeur, etc. J'assume. Depuis 2009.

Des perles pour la Saint Valentin…?

 

14 Février, sempiternelle fête des amoureux, éternel débat de la fête commerciale ou non.

Bien sûr que nous n’avons pas besoin d’une journée spéciale pour célébrer notre amour ! Mais par contre, une excuse de plus pour s’offrir des cadeaux, c’est pas chouette ?

Alors en attendant de trouver le make-up qui ira bien avec cette journée (l’année dernière, je vous ai proposé le SDS, Smoky Diamant Sexy. Cette année, j’hésite encore mais l’inspiration finira bien par arriver), on farfouille le web en quête d’idée cadeaux et on se fait rêver avec une sélection perlée, toute en finesse et féminité parmi la collection de chez Mesenso.

J’ai ce rapport avec les perles à la fois nostalgique de mon enfance, où l’on m’a offert ma première perle sur une jolie bague (égarée un jour dans les tréfonds d’un siège de voiture), et évocateur des femmes glamour comme Audrey Hepburn  ou Grace de Monaco. Elles ont ce charme à la fois désuet et indémodable, et si j’ai aimé Mesenso c’est parce qu’ils savent proposer à la fois de l’intemporel et du moderne, et des prix accessibles et raisonnables (pas tous hein ;-), forcément, on reste dans les perles !)

Petit tour d’horizon et coup de coeur pour une wish liste pleine de douceur et de rêve.

pendentif mesenso Un pendentif fin et délicat, perle d’eau douce et zirconium (149€)

bague mesenso

Un coup de coeur fou et déraisonnable pour cette bague super originale (89€). Bon je ne porte en bague que mon alliance et mes bagues de fiançailles (oui j’en ai deux :-p), mais celle-ci est tout de même drôlement jolie.

bo mesenso

 

Raffinées et féminines, je préfère les boucles d’oreilles dormeuses aux puces (59€). Et j’adore celle-ci, un peu allongées et d’un rose ultra tendre.

pendentif mesenso 2

Et enfin on reste dans l’original et la délicatesse avec ce joli pendentif épuré et moderne (59€).

Et enfin ce que j’aime par dessus tout avec les perles, c’est ce côté magique et vivant du bijou. On m’a toujours dit et j’ai toujours entendu dire que pour qu’une perle de culture reste belle, il fallait qu’elle vive sur la peau, qu’elle ressente la chaleur. « Portez-le pour qu’il vive » (Joffrey de Peyrac à Angélique 😉 ). Raaaah heureusement qu’on ne peut pas mourir de romantisme ;-).

Bon allez, je retourne rêvasser pour la peine !

 

Crédit photo mesenso.fr.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *