Beauté, humeur, etc. J'assume. Depuis 2009.

Petites Pensées de PMA (1)

 

Hello tous !

Aujourd’hui, j’inaugure les PPP, les Petites Pensées de PMA.

Elles sont faites pour vider un peu mon sac, vous parler de l’humeur du moment, et partager avec vous l’évolution des choses, parce que nous sommes nombreuses et nombreux à être dans le même cas, et aussi parce que parfois, il est difficile de faire sortir des mots à l’oral.

Et c’est le début d’une série numérotée parce que justement c’est pas spécialement évident de mettre un titre à ce genre d’article d’humeurs. On croise les doigts pour que ce soit une série courte hein. Mais bref.

Je rentre dans mon dernier cycle avant protocole.

Il me reste une prise de sang et la visite chez l’anesthésiste en examens obligatoires.

Je suis à la fois super excitée et impatiente, et parfois un brin défaitiste aussi. Je m’autorise des très hauts, en fait, ou nous flânons même au rayon puériculture, le coeur plein d’espoir et totalement confiants… et puis il y a aussi ce que nous craignons tous quand nous mettons les pieds dans un centre de procréation médicalement assistée : faire partie de ces couples qui n’auront jamais d’enfant. C’est une ombre à laquelle on ne peut s’empêcher de penser malgré tout.

Difficile de jongler entre deux états d’esprit radicalement opposés.

Mais nous avançons ! Et c’est du concret ! Pour la première fois depuis bien longtemps, le voilà, le concret, il arrive ! Dans moins d’un mois, je saurai à quelles hormones je vais être bourrée ^^. Et qui aurait cru qu’un jour il serait possible d’avoir hâte de se faire piquouser, voir même d’attendre avec impatience des échographies endo-vaginales ! Ahah youpi !

La vérité, c’est que nous n’avons aucun espoir pour une fécondation naturelle. Et que ce protocole nous rend un peu de cet espoir que la vie nous a refusé. On nous offre une chance, au moins quatre en fait, de vivre une grossesse. Et ça ben quand même, c’est sacrément cool.

Alors même si nous confions nos corps à la médecine, même si nous oublions notre pudeur pour un temps, nous n’oublions pas et n’oublierons jamais que ce qui nous amène jusqu’ici, c’est l’amour.

C’est bien la plus indispensable des choses et c’est celle qui me fait dire aujourd’hui qu’au fond, tout va bien et que nous aurons toujours une raison d’être heureux.

Avec ou sans bébé…



10 thoughts on “Petites Pensées de PMA (1)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *