Beauté, humeur, etc. J'assume. Depuis 2009.

PPDP (4) : On pique !

 

Ah la la !

On y est ! On a entamé la mois de Mai et on a fait hier soir notre première injection de stimulation !

Cette situation a quelque chose de tellement incongru ! Je n’arrive pas à me faire à l’idée que oui, peut-être, il y a grosso modo 25% de chances que je sois enceinte à la fin du mois.

25% et tellement de si !

Si je ne fais pas d’hyperstimulation.

Si je réagis suffisamment bien au traitement.

Si j’ai des ovocytes matures à la ponction.

 Si la décongélation de nos gamètes mâles se passe bien.

 Si les ovocytes micro-injectés veulent bien évoluer en embryons.

 Si ces embryons continuent de se développer en 3 ou 5 jours.

 Si lors du transfert les petites choses s’accrochent et continuent de se développer.

 

Bref, bien trop de choses pour se réjouir à l’avance. Ce qui ne nous empêche pas de gatouiller chez Ikéa et de choisir un thème de décoration pour une chambre d’enfant. Parce que l’espoir fait vivre n’est-ce pas.

 

Aujourd’hui, je viens vous raconter donc cet épisode épique de la première injection.

Mon protocole est de type court donc on commence directement la stim sans bloquer l’activité des ovaires (parce que de toutes façons c’est des grosses feignasses à l’origine tu vois).

J’ai donc dans mon frigo un stylo de Gonal-f. Que nous avons rebaptisé « Gandalf », parce que geeks un jour, geeks toujours.

L’homme s’est naturellement porté volontaire pour faire lui-même les piquouses, parce qu’il est fort, courageux, et qu’il avait secrètement l’envie de jouer aux fléchettes avec mon bide.

J’ai pas peur des piqûres. Non non. Même pas peur. Pas du tout. Les prises de sang au labo ça passe crème. Parce que je ne regarde pas la nana préparer son matos.

Là on déballe tout sur la table de la cuisine. Alcool, aiguille, poubelle médicale.

Que dire… Je vous parle de l’ambiance panique à bord ? De mon envie subite de courir autour de la cuisine en levant les bras et en criant « noooooon » ? De l’air qui m’a manqué pendant que l’homme tentait de garder son sang-froid seringue à la main ?

Et puis il a piqué. Une fois. Il faut garder l’aiguille 10 secondes dans la peau. Quand il l’a sortie il était trop désolé parce que de peur de casser le machin, il a tellement pas appuyé assez fort qu’il a rien mis. Donc il a repiqué. Et cette fois ça a fait clic clic et c’était terminé.

Je me suis assise, et puis j’ai chialé. Adrénaline, toussa.

Bilan : j’ai quasi rien senti. ça brûle un peu après (le produit en lui-même ? l’alcool car piquée deux fois ?), mais en fait, c’est rien du tout. Et l’homme ? Nickel, trop fastoche en fait.

Donc voici mon nouvel ami du soir :

gonal

 

Prochaine étape, écho et prise de sang Mercredi à 7h30 (bordeeeeel 7h30 à la clinique = debout 5 h ! ça pique encore plus que Gandalf !).

Et là M’sieur Dames les choses vont s’accélérer sévèrement. Parce qu’on ne m’a prescrit qu’un seul stylo de 900 UI et que tous les soirs on en injecte 100, ce qui voudrait dire une ponction forcément la semaine du 12.

Je vais mourir et je reviens !



7 thoughts on “PPDP (4) : On pique !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *