Beauté, humeur, etc. J'assume. Depuis 2009.

PPDP (7) : DPO 12

 

Il y a longtemps que je ne suis pas venue faire un point sur notre aventure PMA.

Il y a longtemps, et pas si longtemps aussi, au début d’une nouvelle stimulation avec des follicules dont je finissais par penser qu’ils n’en avaient vraiment rien à carrer de toutes les hormones qu’on pouvait m’injecter.

Cette seconde stim est partie comme la première : laborieusement, avec des taux d’oestradiol pourris et à peine 2 follicules au bout de 12 soirées seringues. Et en une semaine, paf, tout le monde ou presque s’est réveillé !

Le 16/06, nous avions recruté 9 follicules : on était prêts !

J’ai eu ma ponction le 18. Admission en ambulatoire à 7h15. Oui ça pique un peu j’avoue.

Tout s’est bien passé, je suis ressortie vers 15h et on nous a annoncé 6 ovocytes de ponctionnés.

 

J’ai trouvé ça nul. Pourtant c’est pas si mal apparemment. Mais j’ai trouvé ça nul d’avoir enduré 17 jours de stimulation pour 6 pauvres ovocytes.

Et le surlendemain, quand on nous a annoncé que 4 seulement avait été micro-injectés et qu’un seul embryon s’était développé, j’ai chialé tout ce que j’ai pu, persuadée qu’il ne survivrait pas et que nous avions gâché une chance pour rien.

Il faut savoir que sans transfert d’embryon, une tentative ne compte pas pour la sécu. Une ponction sans transfert laisse encore 4 tentatives de FIV possibles aux couples en PMA. Enfin, à presque tout les couples, puisque nous n’avons nous que 4 chances, même sans embryon, puisque nous n’avons que 4 précieuses paillettes de spermatozoïdes.

Une FIV sans embryon, c’est 1 chance sur 4 d’utilisée pour nous dans tous les cas.

Et puis le miracle, à J3, on nous invite à revenir pour le transfert : le mini pois est toujours là.

 

Voilà 9 jours que je couve mon mini pois.

Peut-être qu’il n’est déjà plus là. Peut-être qu’il est accroché. Le WE du transfert, je vivais de vrais moments de grâce : il y avait un espoir de vie en moi, j’étais bien.

Et puis les douleurs de règles ont débarquées. Avec le désespoir et la résignation. J’ai évalué leur arrivée pour Dimanche ou Lundi et nous sommes Lundi. Toujours rien.

Je suis toujours résignée, mais un peu moins désespérée. Je n’y crois pas, ou ne peux/veux pas y croire. Je suis prête pour le —. Je suis prête pour le +++ aussi hein.

Mais je n’en peux surtout plus d’attendre. Ma PDS est initialement prévue pour le 05. C’est un Samedi, donc comme je doute de pouvoir obtenir les résultats un Samedi, je l’ai avancée d’office au Vendredi.

Et j’avoue, j’ai acheté un test.

Ok j’ai acheté deux tests.

Je les ferai peut-être. Ou pas.

Ces jours sont les plus longs et les plus difficiles du parcours. Espérer. Ne pas s’y autoriser. Attendre. Attendre. Attendre. Espérer. Et ainsi de suite.

J’ai hâte de retrouver ma vie. Avec ou sans mini pois. Mais au moins j’ai été contente d’avoir pu aller au bout de cette tentative avec lui.

 



8 thoughts on “PPDP (7) : DPO 12”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *