Beauté, humeur, etc. J'assume. Depuis 2009.

Grassouillette fétiche

Hello tous !

Si vous ne me suivez pas sur instagram (qui reste le réseau où je suis la plus active), vous êtes peut-être passé à côté de ma dernière lubie passion.

Je me suis prise d’un amour incommensurable pour les plantes grasses et les cactées. J’aimais déjà les fleurs, les plantes et autres moments de jardinage, et j’avais déjà possédé par le passé quelques exemplaires grassouillets et piquants, mais je ne sais pas pourquoi, cette fois ci, ça dure ça dure, et je suis déjà « maman » de pas mal de spécimens. Achetés par ci par là, ikéa, jardineries, lidl ou aldi, producteurs spécialisés, et j’ai même une nursery dédiées où je fais pousser des graines.

Aujourd’hui je vous présente celle qui est là depuis pas mal d’années, et sans doute à l’origine de ce regain de passion pour le genre.

La grassouillette fétiche :

 

Cette photo date du 28 Mars. Mais la belle n’a pas toujours ressemblé à ça. C’est une crassula. Elle a longtemps porté une étiquette « crassula compacta », mais on me l’a aussi identifiée comme une crassula ovata, un arbre de jade. Bref c’est une crassula. Il en existe environ 150 espèces, et s’il y a un domaine où j’ai bien des progrès à faire c’est pour l’identification de mes protégées. Alors quand elles arrivent de jardineries avec des id génériques voir même carrément fausses et pas d’id du tout comme mes dernières achetées au lidl, je vous dit pas la galère… Je fréquente donc assidûment les forums et autres groupes facebook consacrés au thème, mais là parfois encore, il est difficile d’accorder ses violons.

Cette plante, c’est un petit peu moi.

Je dois l’avoir depuis 4 ou 5 ans, peut-être plus. Mais je l’ai longtemps délaissée. Pire, elle a passé tout un hiver dehors sur la terrasse, où elle a gelé allégrement. Plus aucune feuille. Juste trois branchounettes moches et rabougries. Normalement l’hiver pour les crassula, c’est 10 degrés hein.

Je ne l’ai pas jetée. Je ne saurais même pas vous dire pourquoi ! C’est le destin 😉

Parce qu’au printemps suivant, elle a fait une feuille, puis deux, puis trois…

Tout un symbole, traverser une période difficile, puis renaître, repartir de zéro, en restant la même, mais différente.

 

Depuis, je la chouchoute ! Elle a été rempotée dans un substrat adapté, et cette année, elle a pris ses quartiers d’été où elle peut depuis s’épanouir pleinement :

 

18 avril

26 Juin

 C’est ma survivante ! Elle bronze sur ma nouvelle terrasse avec ses copines, et sera rentrée à l’intérieur cet automne…

 Et des copines, elle commence à en avoir pas mal 😉

 Je vous fais une petite fiche. Attention c’est une fiche d’amatrice hein !

Crassula Ovata

Famille : Crassulacées

Origine : Afrique du Sud

Culture : Plein soleil, peu d’eau (attendre que le substrat soit sec et préférer un arrosage généreux que plusieurs petits. En hiver, réduire les arrosages. Pas de soucoupe, ni de cache-pot !) Dans un substrat adapté c’est à dire léger et surtout bien drainant. On peut toujours se contenter d’un terreau spécial cactées, ou faire son propre mélange sable-terre-terreau. Multiplication par semis (compliqué, les graines ne se conservent pas) ou bouturage (faciiiile). Rempotage apprécié tous les deux ans environ car elle aime l’espace.

Végétation et feuillage : C’est une vivace succulente arbustive, au feuillage persistant.

Rusticité : Peu rustique même si on l’a vu elle peut repartir après des gelées (don’t do this at home). On préférera un hivernage dans une véranda non chauffée par exemple. 10° c’est bien.

Hauteur : Variable, peut atteindre 3 mètres de haut et 2 mètres d’espacement. Croissance lente.

Floraison : Petites fleurs blanches en fin d’hiver (la mienne n’a encore jamais fleurie)

Maladies et parasites : Pourriture des racines (trop d’humidité ! enlevez-moi ce cache pot !). Pucerons, cochenilles, thrips.

 Voilà voilà. J’inaugure donc la catégorie Greluche au jardin, qui devrait s’étoffer. D’ailleurs si vous voulez troquer des plantes/boutures/graines contre des vernis, j’ai fais un gros tri ahah ^^

 A bientôt ! (ou pas, je sais, je suis pénible 😉 )



5 thoughts on “Grassouillette fétiche”

  • Ton article est tellement bien écrit que j’ai eu le sourire instantanément !
    Les photos sont toujours aussi belles et j’adore vraiment ta façon d’écrire…

  • J’en avais une comme celle-ci mais elle a chopée une maladie, la cochenille je crois, je pense que je vais m’en reprendre une, merci pour le partage !

  • Rigolote cette histoire de renaissance ! J’aurais été la première à abandonner une plante rabougrie mais comme quoi – il y a toujours de l’espoir et les végétaux sont capables de renaître après les pires épreuves 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *